jeudi 20 juillet 2017

[L'étagère contemporaine] La saison des roses - Victoria Connelly

350 pages (Editions AmazonCrossing) - 3.5/5




À tout juste trente ans, Céleste Hamilton voit son destin tout tracé changer radicalement quand son mariage malheureux prend fin au moment même où meurt sa mère, avec laquelle elle entretenait de très mauvaises relations. Cette dernière laisse en héritage à ses filles la roseraie familiale au bord de la faillite. À contrecœur, Céleste retourne vivre dans le manoir de son enfance pour aider ses deux sœurs à restaurer la propriété et remettre sur pied l’entreprise familiale. Rejetée dans son enfance par sa mère narcissique, Céleste est rongée par le manque de confiance en elle. Mais pour éviter de perdre le manoir familial, elle devra trouver le courage d’affronter l’avenir et de prendre des décisions difficiles. La Saison des roses est un roman inspirant et sensible sur le courage, la persévérance et le pouvoir rédempteur de la famille.



« On a toujours besoin de quelqu'un. Ne pense jamais le contraire. Bien sûr, c'est possible pendant un certain temps, mais c'est une existence bien solitaire, crois-moi. »


En bref... j’ai beaucoup aimé ce roman feel good qui m’a transporté dans un décor magnifique pour faire la rencontre de personnages touchants.


Je pense que, sans NetGalley, jamais je n’aurais pu découvrir ce livre, ce qui aurait été assez dommage. J’ai d’abord été attirée par cette couverture (n’est-elle pas splendide ?!), puis par ce résumé qui montrait un cadre enchanteur. Au final, ma lecture a été agréable, douce, comme une berceuse ; le conte familial se déroule selon son propre rythme, qui convient parfaitement à l’intrigue et reflète tout l’implicite qui existe entre les trois sœurs, entre secret, regret et douleur, à cause d’un passé qui les hante toujours et d’un présent tourmenté.

Il faut ici parler de conte familial et non pas de drame familial car, malgré le décès de Pénélope, leur mère, les trois sœurs font leur deuil, non seulement de leur mère, mais aussi d’une personnalité qui les entravait auparavant, et donc de la vie qu’elles menaient. Tout cela se joue sous un éclairage ensoleillé ; malgré les problèmes qu’elles rencontrent, ce sont des ondes positives que les personnages transmettent, faisant de ce roman un vrai feel good !

Au-delà de l’intrigue qui est sympathique sans être exceptionnelle, faisant le récit de la façon dont les sœurs parviennent à financer les réparations du manoir en ruines duquel elles ont hérité, ce livre nous permet surtout de faire la rencontre de Céleste, Gertrude et Evelyne, et de leur destin respectif, d’où un roman abordé depuis trois points de vue alternés. J’avoue que je me suis davantage attachée à Céleste qu’aux deux autres sœurs, surtout parce qu’on la sent encore bouleversée par tout ce qu’elle a vécu, c’est elle qui exprime le plus le mal-être que leur mère a créé chez elle, c’est elle qui s’occupe des problèmes du manoir, et je suis complètement tombée sous le charme de Julian Faradaye qui l’aide à vendre certains biens qui lui sont chers. Gertrude est un personnage plus romantique, que l’on a parfois envie de secouer un peu, mais qui ajoute une touche de douceur entre les deux sœurs. Evie et son tempérament volcanique m’ont beaucoup amusée, et j’ai beaucoup aimé la relation qu’elle développe avec Esther, malgré la rancœur que cette dernière garde à l’encontre de leur mère. Evie est attendrissante ; elle dissimule sous son dynamisme et sa force toute sa sensibilité, et l’on ne peut que s’attacher à elle. Le nombre de personnages significatifs est assez restreint, et je les ai beaucoup appréciés, que ce soit le caractère revêche d’Esther ou le charme et le bonhomie de Julian.

Vous l’aurez donc compris, les trois sœurs sont bien différentes, elles éprouvent toutes des sentiments similaires en traversant la même épreuve. Néanmoins, le livre laisse pendant un grand moment de nombreuses questions en suspens. La lecture peut connaître certaines longueurs, du fait que le lecteur est tout de suite tenu informé de différents événements touchant la vie de chaque sœur, tandis que ceux-ci doivent encore être mis en lumière entre celles-ci ; on a juste parfois envie de tourner les pages, ou d’inciter les protagonistes à révéler ce qu’elles cachent. Ce manque d’expression semble typique de la famille, surtout que, indirectement, on fait la connaissance d’un autre membre des Hamilton : Pénélope, leur mère défunte. Tout au long du livre, le personnage plane au-dessus de l’intrigue (comme un fantôme qui hanterait le manoir) ; j’ai beaucoup aimé cette ambiance, malgré la douleur qu’elle apportait parfois, et cela ajoute une véritable profondeur à l’histoire.

L’écriture est très fluide, malgré les quelques longueurs. Les descriptions sont impeccables : j’ai adoré parvenir à visualiser ce décor féérique, au milieu de toutes ces roses, des vieilles pierres... bref, j’ai passé un moment très agréable. Ce livre est une bonne lecture estivale ! Merci encore à NetGalley et aux éditions AmazonCrossing de m'avoir permis de le découvrir !

NetgGalley

6 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas du tout ce livre mais pourquoi pas, il peut être sympa :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une très bonne lecture estivale, vraiment très agréable ! :)

      Supprimer
  2. Réponses
    1. De rien !! J'espère que tu passeras un bon moment (autant que le mien) si tu le lis :)

      Supprimer
  3. Je t'avoue que ce livre m'intrigue ! Et d'après ta description, le personnage d'Evie me plaît tout particulièrement :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il y a une aura de mystère qui entoure ce livre et perdure tout au long de la lecture ! Et les personnages sont tous différents, ce qui fait que tu vas sûrement t'attacher plus à un ;) Je t'encourage vraiment à le lire !! :D

      Supprimer