jeudi 24 août 2017

[L'étagère à mystères] Bleu blanc sang t1 - Bertrand Puard

297 pages (Editions Hachette) - 4.5/5




5 juin 2018. Tandis que l’on célèbre à Notre-Dame l’enterrement du Président de la République mort tragiquement quelques jours auparavant, un convoi transportant une toile d’une artiste du XVIIIème siècle inconnue, Justine Latour-Maupaz, est pulvérisé au lance-roquette sur une autoroute du centre de la France. Au même instant, à New York, une œuvre de la même artiste est adjugée pour la somme inouïe de 53 millions de dollars. Pour quelles raisons des forces obscures cherchent-elles à détruire précipitamment, ou à s’approprier soudainement, les travaux de cette peintre ignorée ? À qui profite ce regain d’intérêt ? Eva Brunante, dont le père, seul exégète de la peintre, a disparu, va se lancer dans une enquête aux ramifications politico-financières vertigineuses. Bienvenue dans la république Bleu Blanc Sang !



« Un artiste ne cherche pas la vérité, mais sa vérité. »


En bref... j'ai adoré cette lecture qui m'a emportée à la recherche de tableaux originaux (et malheureusement imaginaires seulement), en compagnie de personnages attachants.


Livre emprunté à la bibliothèque car la quatrième de couverture m'attirait, j'ai eu un peu peur de retomber dans la même déception qu'a été ma lecture de Réseau(x) de Vincent Villeminot - points communs : des auteurs français, des éléments de SF par le fait que les histoires se déroulent dans le futur, mais pas de réel élément futuriste… Pourtant, j'ai eu une bonne surprise dès le début de ma lecture : le rythme est rapide, à travers l'alternance de trois points de vue. Certes, le lien entre les trois scènes ne se fait pas immédiatement, mais cela ne tarde pas pour autant… Cette alternance caractéristique du rythme de ce thriller perdure une fois le nœud de l'intrigue posé, entretenant ce faisant le suspense, au moins au début. J'ai beaucoup aimé la structure de l'intrigue, qui évolue progressivement en laissant place à des révélations au fur et à mesure.

Une grande originalité est apportée dans ce livre par l'invention d'un univers complet autour de la peintre Justine Latour-Maupaz. A première vue inconnue, il s'est révélée après recherche qu'il s'agissait entièrement d'un personnage fictif. Pourtant, la description de ses tableaux est incroyablement précise, et j'aurais adoré avoir des représentations visuelles, en annexe par exemple. En tout cas, je ne sais pas si l'auteur s'est inspiré d'artistes réels et de leurs toiles pour imaginer le concept de l'œuvre des Douze travaux d'Hercule croisés à des scènes marquantes de la Révolution française, mais cela est vraiment original, bien pensé, bien développé et bien utilisé.

Un autre élément que j'ai beaucoup aimé est le parallèle fait entre la Révolution française présentée à travers les tableaux de la peintre fictive -qui, comme tout le monde le sait, avait pour but de mettre fin à l'Ancien Régime et à la hiérarchie sociale qui existait alors- et la volonté du mouvement politique, là encore imaginaire, mis en scène dans le roman. Ce dernier a d'ailleurs contribué à la dynamique de l'intrigue, en installant un point de vue supplémentaire et en lui permettant d'avancer.

Une intrigue originale, dynamique, vraiment addictive… tout cela donne vraiment de quoi faire un bon thriller ; qu'en est-il du suspense, élément fondamental ? Là, mon avis est plutôt mitigé… Au début, alors que les différents éléments ne font que se superposer individuellement, le suspense est à son comble. Puis, quand l'on commence à faire des liens entre eux, l'issue peut être aisément devinée, à la fois l'identité des parties et leurs motivations. Donc le suspense n'est pas vraiment au rendez-vous. De la même façon, la fin laisse plutôt sur un cliffhanger. Néanmoins, la suite me paraît plutôt sans surprise, ce qui est confirmé par l'extrait du tome 2 (les deux premiers chapitres) reproduit à la suite du tome 1… l'éditeur aurait dû s'en abstenir pour entretenir le suspense qui a tant manqué à la seconde moitié de ce tome ! La seule touche de mystère réside encore, à mon avis, en un point de vue tierce (celui de Lucas) qui garde encore des secrets à livrer.

L'intrigue est portée par un duo fort : Eva et Hugo. Malgré le point de vue à la troisième personne dont je ne raffole pas, je me suis beaucoup et rapidement attachée à eux. J'ai beaucoup aimé Eva, qui est une jeune femme forte et déterminée ; Hugo a quant à lui une grande fougue et une motivation à faire tomber les puissants qui est d'abord un peu effrayante, avant de se transformer au contact d'Eva. A côté d'eux, le personnage de Tiphaine est beaucoup plus fade et, pour moi, il s'agit plus d'un duo que d'un réel trio ; j'ai conscience que cela peut être intentionnel, mais il faudrait à l'avenir que la jeune fille ait un rôle plus important… Les autres personnages sont également assez transparents, en tout cas peu marquants.

Malgré ces deux personnages et la relation naissante entre eux, il m'a manqué un élément essentiel à mes yeux : des émotions. Certes, il s'agit d'un thriller jeunesse ; il aurait acquis une profondeur plus importante si des émotions avaient été incluses. Il y a bien quelques moments, quand Eva pense à sa relation chaotique avec son père, quand les personnages s'inquiètent les uns pour les autres, mais cela se communique difficilement aux lecteurs. L'autre élément qui aurait donné de la hauteur à ce roman est le style d'écriture. Il est très marqué jeunesse, fluide mais simple, ce qui ne colle pas forcément avec l'âge des personnages.

Il n'en reste pas moins que j'ai passé un excellent moment dans ce thriller jeunesse haletant. J'ai hâte de pouvoir me procurer la suite, en espérant davantage de suspense.

2 commentaires:

  1. Pourquoi pas, je n'étais pas trop tentée par cette trilogie, mais tu en parles tellement bien... :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu seras suffisamment convaincue pour lui laisser une chance... il ne faut pas oublier que c'est un livre jeunesse, par contre !

      Supprimer