mercredi 16 août 2017

[L'étagère dystopique] La Sélection t1 - Kiera Cass

360 pages (Editions Robert Laffont – collection R) – 5/5



Trois cent ans ont passé et les États-Unis ont sombré dans l'oubli. De leurs ruines est née Illea, une monarchie de castes. Mais un jeu de téléréalité pourrait bien changer la donne.
Elles sont trente-cinq jeunes filles: la "Sélection" s'annonce comme l'opportunité de leur vie. L'unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L'unique occasion d'habiter dans un palais et de conquérir le cœur du prince Maxon, l'héritier du trône.
Mais pour America Singer, cette sélection relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure. Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l’œil des caméras...
Puis America rencontre le Prince. Et tous les plans qu'elle avait échafaudés s'en trouvent bouleversés...


« Quelque part dans ce palais, il y a une jeune fille que vous allez épouser.
Peut-être ne savez-vous pas encore à quoi elle ressemble, mais pensez aux candidates dans cette pièce. Imaginez celle qui vous aime plus que toutes les autres.
Imaginez celle qui vous sera la plus chère. »


En bref... cet univers dystopique est vraiment original, moins cruel que la majorité. Les personnages sont attachants et l’histoire m’a émerveillée ! Un agréable moment dans un décor enchanté, un véritable coup de cœur !


Peu importe le nombre de fois que je relis ce livre, j’aime toujours autant me plonger dans cet univers ! Les pages se tournent à une vitesse incroyable, sans qu’à aucun moment je ne ressente de l’ennui ou des longueurs. Au début certes, l’intrigue met un peu de temps à s’installer, lorsqu’elle est encore dans sa province, alors que l’on sait d’avance qu’America fera partie de la Sélection – la logique et la quatrième de couverture auront déjà trahi cette nouvelle. Mais, par la suite, les divers événements et rencontres avec le prince ponctuent le roman,  chacune unique et soit drôle, soit touchante, parfois même les deux.

La dystopie n’est pas très présente dans ce tome, ce qui en fait une lecture légère, sans prise de tête que j’adore relire. Le côté dystopique de la série s’étoffe au fil des tomes, mais ce premier reste mon préféré : j’aime la personnalité d’America et son indécision qui n’est pas encore agaçante, ainsi que le côté télé-réalité qui, comme vous le savez, est un sujet dont je raffole en littérature. Donc, certes, la série dans son intégralité est une dystopie, ce tome-ci est surtout une romance jeunesse dans un décor de conte de fées ! Malgré tout, on voit tout de suite le côté désanchanté de l’univers : d’un côté, on voit la royauté mais, de l’autre, les trente-cinq jeunes filles sont issues du peuple et des différentes castes qui le composent, chaque caste déterminant la vie menée par ses partisans. Dès le début, le système des castes est brièvement expliqué, ce qui fait qu’on entre vite dans l’univers. Il y a aussi une intrigue qui n’est que secondaire à ce stade, montrant une résistance au système en place, sous la forme des groupes de Renégats.

Concernant les personnages, America est adorable et vraiment drôle. Il est facile de s’attacher à elle, d’abord parce que le récit se fait de son point de vue et l’on comprend tout ce qu’elle ressent et ce qu’elle pense ; de plus, son honnêteté, sa sincérité et sa simplicité sont une vraie bouffée d’air vrai dans l’ambiance un peu empesée du palais, la tension de la compétition, surtout à ce stade où les filles ne se connaissent pas encore véritablement. On comprend vite qu’elle est partagée entre son ancien amour pour Aspen et son amour naissant pour Maxon. En effet, on fait la connaissance d’America avant qu’elle ne fasse partie de la Sélection, nous permettant de rencontrer Aspen. Quand America rencontre Maxon, de façon explosive qui représente bien son tempérament, on s’attache rapidement au duo ; Maxon reste assez mystérieux, bien qu’on le sente réellement épris d’America. Néanmoins, l’histoire entre America et Aspen continue en parallèle, et on oublie tout ce qui se passe avec Maxon tellement Aspen se montre attentionné et possessif envers la jeune femme. Mais, après plusieurs relectures, j’avoue que je commence à avoir une nette préférence pour Maxon ; les moments dans lesquels il apparaît sont plus doux, alors qu’il est trahi en quelque sorte par America et Aspen. Les autres Sélectionnées font également leur apparition ; il y a plein de noms, de personnalités différentes, de présentations avec leur caste et on s’y perd un peu au début (plus maintenant, hein !), mais de toute façon, on se laisse emporter par l’euphorie générale, et cela n’est pas réellement gênant...

C’est une saga que je ne peux que vous conseiller, tellement tout me plaît dedans, et ce malgré un triangle amoureux, chose qui ne m’enchante pas habituellement !

mardi 15 août 2017

Top Ten Tuesday #11

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre Top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français pour une 2e édition sur le blog de Frogzine, où vous pouvez retrouver le récapitulatif des liens.

Cette semaine, le thème est :
Les 10 livres de ta PAL qui attendent depuis trop longtemps d'être lus

Je vous prépare un article présentant ma PAL au complet, mais voilà le problème : elle est trop longue ! C'est donc le moment de recenser ceux qui se trouvent depuis le plus longtemps ici, dans l'éventualité d'un challenge pour vider ma PAL, par exemple...

1- S., de J.J. Abrahms : ce livre se trouve dans ma PAL depuis un bout de temps... 2 ans et demi, je dirais. Il me fait toujours aussi envie, mais c'est un livre particulier, à plusieurs narrations croisées, non seulement dans l'intrigue, mais aussi dans la mise en page. Il se présente sous la forme d'un roman, Le bateau de Thésée, annoté par un commentateur (en notes de bas de pages), mais également par deux lecteurs qui discutent entre eux de l'histoire au fur et à mesure d'une lecture alternée... et ce à plusieurs époques différentes, ce qui fait que, pour connaître la chronologie de leurs échanges, il faut se référer à la couleur de l'encre de leurs messages. Vous l'aurez compris, ce livre-objet a l'air merveilleux, mais il faut trouver comment l'aborder, et prendre le temps de se plonger dedans... ♥

2- Manderley forever, de Tatiana de Rosnay : il s'agit d'une biographie de mon auteur favori, Daphne Du Maurier, écrite par une autre des auteurs que je préfère, Tatiana de Rosnay. Cependant, si ce livre a attendu aussi longtemps (2 ans et demi aussi) dans ma PAL, c'est parce que je souhaite lire un maximum de l'oeuvre de Du Maurier avant de lire sa biographie, car je suppose que Tatiana de Rosnay fait référence à certains livres ou nouvelles. ♥

3- Pure (tome 2), de Julianna Baggot : j'ai lu le premier tome de cette trilogie dystopique il y a plusieurs années, et je ne me rappelle plus vraiment l'histoire, encore moins la fin. Il faut donc que je le relise avant de terminer la série (le tome 3 est dans ma liseuse).

4- Loin de la foule déchaînée, de Thomas Hardy : j'ai acheté ce livre au moment où l'adaptation est sortie (que je n'ai toujours pas vu d'ailleurs, dans l'attente de lire le livre avant), mais le style de Thomas Hardy, avec lequel j'ai un peu de mal, me rebute quelque peu...

5- Zoya, de Danielle Steele : j'ai bien envie de découvrir le style de cet auteur, notamment à travers cette histoire se déroulant en Russie, cadre que j'adore ! Là encore, c'est par manque de temps que je ne l'ai pas lu, mais je le ferai sûrement cette année.

6- Anna Karénine, de Léon Tolstoï : j'adore cette histoire, que j'ai eu l'occasion de découvrir par son adaptation en une mini-série italienne très développée, et fidèle au livre je suppose, mais surtout par le film de Joe Wright avec Keira Knightley ! Cependant, le livre est assez conséquent, et je souhaite prendre le temps de le lire pour vraiment l'apprécier. ♥

7- Suite française, d'Irène Némirovsky : j'ai adoré l'adaptation portée sur grand écran, surtout que cette période historique de la Seconde Guerre Mondiale me fascine, entre l'Occupation et la Shoah. Ce n'est pas une fascination morbide, mais il y a tellement à comprendre et apprendre, tellement de leçons à tirer que ce livre a passé un bout de temps dans ma PAL.

8- Au revoir là-haut, de Pierre Lemaitre : quand il est sorti en poche, j'ai souhaité découvrir le livre qui a remporté le prix Goncourt 2013, mais le manque de temps ne me l'a pas permis.

9- Le voyant, de Jérôme Garcin : ce livre m'a été offert. Il m'intéresse plutôt, surtout qu'il n'est pas bien épais, donc possible que je le lise cette année.

10- Pas pleurer, de Lydia Salvayre : je l'ai acheté dès sa sortie en format poche. Je l'ai commencé fin 2016 (alors qu'il est paru en 2014), mais j'ai eu du mal à accrocher avec le style de l'auteur, donc je l'ai replacé dans ma PAL. Il faut que je me relance un de ces jours...


Et vous, quels livres séjournent depuis très longtemps dans votre PAL ?

mardi 8 août 2017

[L'étagère romantique] Jamais plus - Colleen Hoover

408 pages (Editions Hugo & Cie – collection New romance) - 4/5




Lily Blossom Bloom n’a pas eu une enfance très facile, entre un père violent et une mère qu’elle trouve soumise, mais elle a su s’en sortir dans la vie et est à l’aube de réaliser le rêve de sa vie : ouvrir, à Boston, une boutique de fleurs. Elle vient de rencontrer un neuro-chirurgien, Ryle, charmant, ambitieux, visiblement aussi attiré par elle qu’elle l’est par lui. Le chemin de Lily semble tout tracé. Elle hésite pourtant encore un peu : il n’est pas facile pour elle de se lancer dans une histoire sentimentale, avec des parents comme les siens et Atlas, ce jeune homme qu’elle avait rencontré adolescente, lui a laissé des souvenirs à la fois merveilleux et douloureux. Est-ce que le chemin de Lily est finalement aussi simple ? Les choix les plus évidents sont-ils les meilleurs ?



« Ça n'existe pas les gens mauvais.
Nous sommes juste des personnes qui faisons parfois de mauvaises choses. »


En bref... cette lecture a été agréable ; l’intrigue traite d’un sujet douloureux pour l’auteur, ce qui se ressent particulièrement et se reflète dans le comportement du personnage principal. Même si j’ai regretté certains événements, l’histoire m’a plutôt satisfaite, mais pas assez émue.


C’est rare, mais il arrive que je sorte d’une lecture complètement déboussolée, au point que je ne saurais même pas dire si j’ai aimé ou non le livre ; c’est exactement le cas pour Jamais plus. Je crois que je ne l’ai pas lu à la bonne période. En effet, ce livre avait initialement tout pour me plaire : des personnages touchants, une romance émouvante, une intrigue évolutive traitant d’un problème de société. Malheureusement, je n’ai pas été aussi émue que je pensais l’être par l’histoire, ou par le vécu des personnages.

L’intrigue progresse tout en douceur ; malgré les rebondissements et les ruptures entre personnages, le lecteur ne ressent pas les à-coups de l’intrigue. Non pas que l’histoire est linéaire, mais douce ; je n’ai pas d’autre mot pour découvrir cette impression. J’aime beaucoup la façon dont est traité le cas des femmes battus ; à travers le point de vue de Lily, on se rend vite compte que les femmes battues ne sont pas faibles, et cela reflète une certaine réalité. Ma partie préférée du livre ne fait pas partie de l’histoire : il s’agit des remerciements, dans lesquels Colleen Hoover parle de sa mère ; cette partie m’a réellement émue, et j’ai senti la force de ce livre.

La relation entre Lily et Ryle est complexe et tortueuse, partagée entre amour et haine envers l’autre et envers eux-mêmes. Les deux sont touchants mais ne m’ont pas émue ; j’ai compris la douleur que tous deux ressentaient à cause de leur relation, mais je n’ai pas été personnellement émue par cela. Cela m’a vraiment embêtée tout au long de ma lecture, cette façon de ne pas parvenir à ressentir pleinement ce que leur histoire dégageait !

En plus de cela s’ajoutait par moments le regret et la jalousie, portés par le personnage d’Atlas. Les moments en tant qu’adulte m’ont plus affectée que ceux de leur jeunesse. Atlas devenu adulte est un personnage attachant ; j’aurais aimé –et je m’attendais à cela – qu’il soit plus présent. Il y a beaucoup de non-dits, alors que j’aurais aimé quelque chose de plus explicite pour ce triangle amoureux. On sent tellement l’amour que Lily porte à Ryle que l’on en oublie l’affection qu’elle a pour Atlas, notamment depuis leur rencontre en tant qu’adultes ; la comparaison avec son amour pour Ryle se retrouverait dans son amour (je pense) pour Atlas quand ils étaient encore adolescents.

Concernant la fin, elle m’a un peu surprise ; je ne m’y attendais pas du tout, la trouvant même assez mal préparée –en quelques chapitres en fait. Les dernières décisions de Lily m’ont paru hâtives, et je n’ai pas compris ses raisons, probablement parce que je n’ai pas réussi à m’attacher à elle. 

J’ai conscience que cette chronique peut sembler majoritairement négative, parce que les émotions ne m’ont pas pénétrée. Pourtant, je suis persuadée qu’il s’agit d’une excellente romance, peut-être même une des meilleures de Colleen Hoover, et j’espère l’apprécier davantage au cours d’une relecture, à un autre moment plus propice. En tout cas, je vous conseille ce livre !

Top Ten Tuesday #10

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre Top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français pour une 2e édition sur le blog de Frogzine, où vous pouvez retrouver le récapitulatif des liens.



Cette semaine, le thème est :
Les 10 livres qui vous ont fait découvrir un auteur que vous adorez depuis

Pour cette catégorie, je ne prendrai évidemment en compte que les livres d'auteurs dont j'ai lu au moins deux œuvres, même si ce n'est pas la première que je préfère ! J'aime beaucoup ce thème, car l'on ne parle pas assez de ces premières lectures qui ne nous ont pas forcément plu, mais qui ont quand même servi à faire découvrir un auteur...

1- Daphne Du Maurier, Rebecca : certes, il s'agit de mon livre préféré, mais j'ai eu l'occasion de lire d'autres écrits de cet auteur, romans ou nouvelles, et j'adore vraiment son style travaillé ! ♥

2- Maria V. Snyder, Le Pouvoir des lys : cet auteur a écrit de nombreuses sagas, parmi lesquelles j'en ai lu 3, deux de fantasy et une dystopie. Quel que soit le genre, j'ai beaucoup aimé son écriture fluide, mais Le Pouvoir des lys reste sa saga que je préfère !

3- Stephenie Meyer, Twilight : le premier tome de Twilight a été le premier livre écrit par cet auteur que j'ai lu. Si je n'ai pas vraiment aimé (je n'ai d'ailleurs pas lu les deux derniers tomes de la saga), j'ai adoré son style, ainsi que les univers et intrigues des Âmes vagabondes et de La chimiste ! ♥

4- Veronica Roth, Divergent : le premier tome de Divergent a été la toute première dystopie que j'ai lue, et ce avant même de savoir ce qu'était la dystopie (je l'ai su au moment de la sortie de l'adaptation d'Hunger games), donc ce livre gardera toujours une place à part dans mon cœur. Depuis, j'ai eu un nouveau coup de cœur pour le premier tome de sa nouvelle saga, Marquer les ombres ! ♥

5- Victor Dixen, Animale : j'ai lu bien aimé le premier tome d'Animale (La Malédiction de Boucle d'or), mais cela s'arrête là, car je ne suis pas une adepte des réécritures. En revanche, c'est avec Phobos que Victor Dixen m'a complètement séduite, notamment par les choix de narration innovants qu'il a faits (sans parler de l'univers et des personnages) ! ♥

6- Colleen Hoover, Maybe Someday : j'aime beaucoup Colleen Hoover dès qu'il s'agit de lire une lecture sans trop de prise de tête : c'est à chaque fois un bon moment ! Maybe Someday n'est pas le livre que j'ai préféré (ce serait plutôt Confess), mais il m'en reste encore beaucoup à lire, surtout au vu de son rythme de parution...

7- Joelle Charbonneau, L'élite : j'ai adoré cette trilogie dystopique, que j'ai trouvée originale et vraiment addictive ! J'ai retrouvé le même style dans un thriller jeunesse, NEED, qui m'a tout autant emportée.

8- Jennifer L. Armentrout, Lux : j'ai beaucoup aimé ce premier tome de la série fantastique Lux, mais j'ai encore plus apprécié le style de l'auteur dans la saga Waiting for you (Jeu de patience en français), surtout dans les trois premiers tomes.

9- Ruta Sepetys, Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre : Ruta Sepetys écrit dans un genre très différent de tous les auteurs que j'ai cités jusque-là : elle écrit des romans jeunesse historiques. A chaque fois, elle parvient à transporter le lecteur à une autre époque, dans une intrigue à chaque fois différente, mais surtout elle nous fait nous attarder sur des événements que l'on ne connaissait pas forcément.

10- Jane Austen, Orgueil et préjugés : évidemment, une de mes auteurs favoris est l'incontournable Jane Austen. Orgueil et préjugés a été le premier livre que j'ai lu en anglais, et restera une histoire marquante pour moi qui apprécie les livres et romances historiques. ♥


Et vous, quel serait votre top ?

mercredi 2 août 2017

[L'étagère futuriste] Phobos t2 - Victor Dixen

490 pages (Editions Robert Laffont – collection R) - 5/5


Reprise de la chaïne Genesis dans 3 secondes... 2 secondes... 1 seconde...

Ils croyaient maîtriser leur destin.
Ils sont les douze pionniers du programme Genesis.
Ils pensaient avoir tiré un trait sur leur vie d'avant pour devenir les héros de la plus fabuleuse des odyssées.
En réalité, ils sont les victimes de la plus cruelle des machinations.
Elle croyait maîtriser ses sentiments. 
Sur Mars, Léonor espérait trouver la gloire et, pourquoi pas, l'amour.
Elle pensait pouvoir ouvrir son coeur sans danger.
En réalité, elle a ouvert la boîte de Pandore du passé.
Même si les souvenirs tournent au supplice, il est trop tard pour oublier.


« Même dans les situations les plus difficiles, il reste toujours un espoir.
Même dans les mines les plus asséchées, il reste toujours une pépite. »


En bref... encore un coup de maître pour Victor Dixen qui a réussi à m’emporter dans un autre univers : celui de la vie sur Mars. Les personnages m’ont toujours émue, on en apprend un peu plus sur eux, mais ils restent encore mystérieux. De nombreuses révélations voient le jour et le suspense insoutenable est toujours présent. Encore un coup de cœur pour ce deuxième tome, bien que j’aie préféré le premier !


J’avais vraiment hâte de commencer ce deuxième tome tellement j’avais aimé le premier, et je n’ai pas été déçue. L’univers est complètement différent. On retrouve bien les personnages au moment de l’intrigue où le lecteur les avait laissés ; ayant lu ce second tome dans la foulée du premier, je n’ai pas été perdue, ce qui peut être le cas pour une personne ayant fait une pause entre les deux tomes, je pense. Bref, tout de suite plongés au cœur de l’intrigue, on retrouve la tension, le suspense. La décision qu’ils prennent à ce moment-là est prévisible, mais bon, il faut bien que l’histoire se poursuive ! Descente sur Mars donc et découverte des habitats, donc. J’ai beaucoup aimé la façon dont ils s’aventurent dans leur nouvel environnement : leur comportement est prudent, ils ne prennent pas de risque inutile et ils sont méfiants, maintenant qu’ils connaissent le vrai visage de Serena, que le lecteur n’a jamais ignoré, lui.

L’intrigue se poursuit, avec des surprises, des révélations, des bonnes découvertes. J’avoue que j’ai préféré l’univers de la capsule spatiale, à bord du Cupido, mais ce deuxième tome est tout aussi intéressant. L’écriture a perdu de sa surprise, mais pas de son charme. En revanche, c’est la fin qui, à l’instar du tome précédent, nous laisse sur un cliffhanger, tout en se renouvelant : si le suspense à la fin du premier tome concernait l’intrigue, ici, elle fait plutôt référence aux personnages, à leurs émotions et à leurs relations.

Cela s’explique par le fait que ce tome-ci permet d’approfondir notre conception des couples – le choix de Léonor a été sans surprise pour moi, et m’a réjouie (vous connaissez mon avis là-dessus...) ! L’un des couples les plus intéressants est sans conteste Kris et Alexeï ; dans le premier tome, il se sont rapidement trouvés, mais l’on ne connaissait pas particulièrement leur intimité. A présent, on connaît les rapports qu’ils entretiennent, et j’ai hâte de voir comment ceux-ci vont évoluer dans les tomes suivants. Alors que je trouvais Alexeï très mystérieux dans le premier tome, on sent vite sa personnalité autoritaire, possessive et jalouse dans celui-ci ; en revanche, Kris me semblait avoir plus de caractère que cela, et son comportement m’a un peu étonnée (j’ai presque été déçue à certains moments). Mozart est un personnage intéressant, qui me plaît bien, que j’espère découvrir davantage par la suite ; j’apprécie particulièrement sa sincérité. Les autres pionniers ne me plaisent que moyennement, surtout que je n’ai pas eu l’impression de les découvrir davantage...

Je dois évidemment revenir sur les personnages de Léonor et Marcus. Je les adore, tout simplement ; Léorcus est probablement un de mes couples littéraires préférés ! Leur évolution est en même temps paisible et abrupte ; elle est continue, ils sont faits pour être ensemble, mais l’on sent bien qu’ils se cherchent encore à certains moments. En tout cas, comme le public resté sur Terre, ils m’ont fait rêver !

Un mot concernant les trois autres personnages principaux. Serena est toujours aussi machiavélique ; on ne comprend pas encore toutes ses motivations, mais elle est constante dans ses intentions. Alors que je n’avais pas vraiment aimé le personnage d’Andrew dans le premier tome, j’ai été étonnamment séduite par le duo qu’il forme avec Harmony ; on sent chez lui sa volonté de protéger la fragile jeune fille, et c’est vraiment touchant !

J’ai vraiment hâte de découvrir la suite des aventures des pionniers sur Mars (ou un éventuel retour sur Terre ?) dans le tome 3 ! Auparavant, je pense que je lirai Les Origines – tout simplement parce qu’il est paru avant le tome 3, mais rien n’indique l’ordre dans lequel lire les différents tomes–, qui relate le premier tome du point de vue des garçons ; j’espère vraiment pouvoir mieux les comprendre ainsi !

mardi 1 août 2017

PAL du mois - Août 2017


J'écris cet article alors que le mois n'est pas encore fini (mais presque), mais je prépare actuellement les livres qui, au moment où vous lirez ces mots, seront en chemin avec moi vers l'Alsace - vous me suivez ?! Je ne sais donc pas si je vais réussir à vider ma PALM de juillet, mais j'en doute... J'ai finalement décidé de ne pas lire S. avant septembre, quand j'aurai le temps de le prendre par tous les côtés.

Pendant cette période de vacances, j'aurai le temps de lire davantage, mais je ne sais pas si j'aurai envie de les chroniquer aussitôt, ou s'il faudra attendre la fin du mois, voire septembre... Voici donc ma PALM d'août !


Mes livres empruntés



Les livres obtenus grâce à NetGalley



Mes autres lectures





Avez-vous lu certains de ces livres ? Qu'en avez-vous pensé ? Quels livres avez-vous prévu de lire ?

Top Ten Tuesday #9

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre Top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français pour une 2e édition sur le blog de Frogzine, où vous pouvez retrouver le récapitulatif des liens.

Cette semaine, le thème est :
Les 10 romans que vous préférez dont l'univers est truffé de créatures fantastiques (sirènes, vampires, trolls, etc.)

Ce thème est intéressant, mais fait plutôt référence aux genres littéraires que je lisais principalement -presque exclusivement même- il y a un peu plus de cinq ans.

1- Une braise sous la cendre, de Sabaa Tahir : celui-là est un de mes derniers coups de cœur, avec des personnages immortels aux étranges pouvoirs, des djinns et autres démons.

2- Tara Duncan, de Sophie Audouin-Mamikonian : cette saga compte un nombre incalculable de créatures fantastiques en tout genre, et ce rien que dans les personnages principaux (nain, elfe, bête, loup-garou, pégase, dragons, vampires, etc.). Cette série a bercé l'époque de mon entrée dans la blogosphère et a fait l'objet de mes premières chroniques... que de souvenirs !

3- Fablehaven, de Brandon Mull : j'ai beaucoup aimé cette série comptant des fées, des géants, des golems et des dragons (entre autres) et qui m'avait vraiment passionnée à l'époque, mais je ne sais pas si elle me plairait autant aujourd'hui...

4- Harry Potter, de J.K. Rowling : évidemment, c'est l'incontournable ! Si l'on ne devait citer qu'une créature fantastique, je retiendrais les elfes de maison !

5- Le Pouvoir des lys, de Maria V. Snyder : il n'y a pas un grand nombre de créatures fantastiques : des morts-vivants, des ufas (sorte de cerfs géants) et des plantes douées de conscience ; mais, il faut aussi compter les nombreux pouvoirs des magiciens ! Cette trilogie est l'une de mes favorites !

6- L'Héritage, de Christopher Paolini : rien que par les couvertures, on sait que des créatures fantastiques peuplent cet univers : les dragons... et plein d'autres encore !

7- Les Enchanteurs (la saga 16 Lunes), de Kami Garcia & Margaret Stohl : y a-t-il vraiment des créatures réellement fantastiques, hormis les enchanteurs eux-mêmes ? Maintenant, j'ai un doute, mais il me semble qu'à partir du tome 2, on découvre un monde souterrain avec des créatures non réelles...

8- Percy Jackson, de Rick Riordan : inspiré de la mythologie grecque, cet univers contient naturellement de nombreuses créatures fantastiques telles que les faunes, les centaures, mais aussi Méduse et tous les personnages marquants des mythes et légendes.

9- Twilight, de Stephenie Meyer : je n'ai pas réellement aimé cette saga, mais elle correspond parfaitement au Top avec cette opposition entre vampires et loups-garous.

10 - Indiana Teller, de SAM : comme dans Tara Duncan, on retrouve de nombreuses créatures, mais principalement des loups-garous et des vampires. J'avoue n'avoir lu que les deux premiers tomes...


Et vous, quel serait votre top ?

lundi 31 juillet 2017

Bilan - juillet 2017


Bonjour à toutes et à tous ! C'est déjà le 31, et donc le bilan de ce mois. Si j'ai eu plus de temps pour lire, j'ai eu aussi comme une petite panne de lecture, ce qui ne m'a pas permis de complètement apprécié toutes mes lectures. Je pars en vacances en août, donc je devrais avoir réellement le temps de me plonger dans de nouvelles lectures. J'en profite donc pour vous annoncer que le blog tournera peut-être au ralenti : je n'aurais peut-être pas le temps de poster, ou d'écrire les chroniques, mais vous pourrez davantage me suivre sur Instagram (ici, en stories principalement) ou sur Livraddict (ici) et Booknode (ici) !


J'ai lu 12 livres :


- IRL d'Agnès Marot - chronique
- Jamais plus de Colleen Hoover
- After (t1) de Anna Todd - chronique
- Phobos (t2) de Victor Dixen


Réseau(x) de Vincent Villeminot
- La cave de Natasha Preston
- La Sélection (t1) de Kiera Cass
- La saison des roses de Victoria Connelly - chronique


- My cousin Rachel de Daphne Du Maurier - chronique
- Le dernier jour de ma vie/Before I fall de Lauren Oliver
- La Passe-miroir (t2) de Christelle Dabos
- Another story of bad boys (t1) de Mathilde Aloha

---

Côté films, je suis allée assez souvent au cinéma, mais j'ai surtout regardé des séries (Riverdale, The Handmaid's tale), mais j'ai vu :


- Quatre filles et un jean
- Pirates des Caraïbes 5 : La vengeance de Salazar
- Baywatch : Alerte à Malibu
- The Circle



Loving
- Valérian et la cité des mille planètes
- My cousin Rachel

---

Des chroniques de mes lectures du mois précédent ont également fait leur apparition :

                

C'est lundi, que lisez-vous ? #12


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Retrouvez maintenant le récapitulatif des liens sur le blog de Galleane.


Chaque Lundi, on répond à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?


Mes lectures de la semaine passée


Ma semaine a bien démarré, par la fin de la lecture du Dernier Jour de ma vie (Before I fall selon la nouvelle édition, reprenant le titre en VO). Le début est peut-être un peu long, ce livre fait vraiment réfléchir à la façon dont on se comporte, face aux autres, face aux regrets, et les dernières pages m'ont beaucoup émue. J'avais hâte de voir l'adaptation, qui m'accompagnera sur mon trajet vers mon lieu de vacances.

Finalement, j'ai décidé de ne pas continuer Idhun, que j'avais prévu de lire en papier, mais de le garder pour mon trajet, car il est assez volumineux et les premières pages ne m'ont que moyennement accrochée. J'ai préféré me concentrer sur le tome 2 de la Passe-miroir, de Christelle Dabos, que j'ai adoré ! Je l'ai trouvé meilleur que le premier tome, car le lecteur est plus vite plongé dans l'intrigue, qui est d'ailleurs plus policière et vivante ; les personnages deviennent de plus en plus attachants.

Enfin, j'avais envie d'une lecture légère, et j'ai jeté mon dévolu sur le tome 1 d'Another story of bad boys, de Mathilde Aloha. Malgré quelques clichés communs aux livres du genre, j'ai passé un super moment !


Mes lectures en cours

Idhun de Laura Gallego Garcia (mis en pause)


Clara Bishop est une femme moderne. Brillante jeune diplômée, introvertie et échaudée par un passé amoureux catastrophique, elle est bien décidée à faire de sa carrière un succès. Elle accepte un jour de suivre sa colocataire à une réception huppée à laquelle participe tout le gotha et rencontre un bel et mystérieux inconnu au charme ravageur au détour d'un couloir. Quelle n'est pas sa surprise lorsqu'elle découvre quelques jours plus tard à la une de tous les journaux à scandale une mauvaise photo floue de leur furtif baiser. Elle a embrassé le Prince héritier Alexander de Cambridge et il veut la revoir... Prince d'accord mais surtout bad boy ! Pas prince charmant pour deux sous. Il contrôle, il exige. Il est dangereux. Et elle n'arrive pas à lui dire non... Tous les deux ont des secrets qui pourraient les déchirer ou les conduire à se rapprocher, mais les paparazzi emmêlent tout. Elle doit décider jusqu'où elle est prête à aller... pour le roi et pour le pays. Entre secrets et scandales, une relation explosive nait de leurs étreintes passionnées mais le sort et la presse s'acharnent et tous deux luttent autant contre leurs démons que leurs familles pour arriver à s'aimer.






Matt et son grand-père Gary partent à la poursuite des souvenirs sur les routes de l’Ouest américain. Embarquez dans un road trip pour partager les destins d’une véritable « famille de route ». Des histoires atypiques, des personnages terriblement attachants, des générations qui se croisent… pour un roman bouleversant.






Mes prochaines lectures


Et vous, que lisez-vous ?

samedi 29 juillet 2017

[L'étagère à mystères] Amnesia t1 - Jennifer Rush

376 pages (Editions Albin Michel – collection Wiz) - 4.5/5



Dans le sous sol d'une ferme à l'écart vivent quatre garçons génétiquement modifiés pour être plus forts, plus rapides, plus intelligents. Sans souvenirs de leur passé, ils portent d'étranges cicatrices en forme de lettres dont eux-mêmes ignorent le sens. L'un d'eux, Sam, ne faisant ni ne disant jamais rien au hasard, attire irrésistiblement Anna, la fille du scientifique qui pilote le projet. Quand la mystérieuse Agence à l'origine de l’expérience veut les récupérer, les garçons se révoltent, Sam en tête. Contre toute attente, le père d'Anna la pousse à fuir avec eux. Sans savoir où aller ni comment retrouver leurs vies d'avant, les voilà en cavale, avec une invitée de dernière minute, Anna qu'ils connaissaient bien mais dont ils se méfient...



« Nous échangeâmes un regard lourd d’hésitation et de sous-entendus.
Je m’approchais dangereusement d’une frontière que Sam avait érigée
avec briques, ciment et panneaux « Accès interdit ». »


En bref... je ne savais rien de ce livre, et j’ai été agréablement surprise ! Entre manipulation génétique et romance interdite, tous les éléments sont réunis pour une lecture étonnante : univers intrigant, histoire avec suspense et révélations, et personnages attachants.


J’avais déjà vu ce livre passer sur quelques blogs, mais j’avoue que la couverture ne m’avait jamais attirée plus que ça... Je lui ai finalement donné une chance en voulant vider un peu ma PAL. Et waouh ! Ce livre est une tuerie, avec tous les éléments pour me plaire réunis. D’abord, l’univers posé est très bien imaginé : un scientifique et sa fille s’occupent de garçons étant les cobayes d’une expérience. J’ai beaucoup aimé tout ce que le début du livre permet de découvrir, que ce soit l’amorce de l’intrigue, la personnalité d’Anna ou les relations qui existent entre Anna et les garçons, et ces derniers entre eux. Tout ça me donnait toujours envie d’en lire plus, sans m’arrêter ; on sent tout de suite que tout n’est pas aussi clair qu’il y paraît, un mystère plane autour de l’Agence et de l’expérience scientifique. L’intrigue est vraiment bien ficelée, pleine de détails, avec des rebondissements pertinents, et de véritables surprises ! Certains éléments s’apparentent davantage à la science-fiction qu’au thriller, mais tout paraît finalement logique et trouve son explication ; il n’y a pas de chaînon manquant.

Ainsi, le style est fluide, il favorise l’effet de surprise et, par le point de vue d’Anna, on comprend vraiment ce qu’elle ressent. Cela permet aussi de s’attacher complètement à elle. En effet, la vie d’Anna, son univers, ses repères : tout est chamboulé par ce qu’elle découvre ; elle est on ne peut plus attendrissante. D’ailleurs, l’ensemble des personnages principaux est adorable, chacun à sa manière. Les quatre garçons ont chacun leur personnalité, et je dois avouer que j’ai –évidemment– une préférence pour Sam et Nick, respectivement le mystérieux boyfriend idéal et le badboy. Un autre personnage que j’ai beaucoup aimé est le père d’Anna ; je m’attache facilement aux personnages partagés entre devoir et sentiments, et il en est l’exemple parfait !

Il m’a cependant manqué un petit quelque chose en plus, ce détail qui change tout : oui, j’ai été surprise, et plus d’une fois, tenue en haleine, j’ai été touchée par les personnages, mais je suis parfois restée un peu spectatrice de tout ce qui leur arrivait. A certains moments, je pouvais être émue, mais à d’autres pas du tout, alors que l’on sent la même tension. De même, certains moments (comme la fin) m’ont paru un peu rapides...

Ce livre frôle donc le coup de cœur : j’ai adoré, mais, à cause de quelques déséquilibres, il m’a manqué la petite étincelle supplémentaire qui me bouleverse complètement, qui me touche le tréfonds de l’âme.

jeudi 27 juillet 2017

[L'étagère des classiques] My cousin Rachel - Daphne Du Maurier

306 pages (Editions Arrow books) - 4.5/5




Philip, sans la connaître, déteste cette femme que son cousin Ambroise, avec lequel il a toujours vécu étroitement uni dans leur beau domaine de Cornouailles, a épousée soudainement pendant un séjour en Italie. Quand Ambroise lui écrira qu'il soupçonne sa femme de vouloir l'empoisonner, Philip le croira d'emblée. Ambroise mort, il jure de le venger. Sa cousine, cependant, n'a rien de la femme qu'imagine Philip. Il ne tarde pas à s'éprendre d'elle, à bâtir follement un plan d'avenir pour finir par buter sur une réalité de cauchemar.




« 'I can forget,' I said, 'if you will too. There's something clean about a fire.
Nothing remains. Ashes don't count.' »


En bref... j’ai adoré cette lecture troublante et envoûtante. Comme Philip, j’ai succombé au charme de Rachel, tout en gardant une pointe de doute à son égard qui m’a accompagnée tout au long du roman. La fin ne m’a ainsi pas surprise, mais les différentes évolutions de la relation entre Philip et Rachel m’ont complètement emportée dans l’univers de Daphne Du Maurier, dont la plume est toujours aussi remarquable !


J’avais hâte de me plonger dans ce livre, et ce pour plusieurs raisons. Daphne Du Maurier est une de mes auteurs préférés, et je n’ai pas encore eu l’occasion de lire toute son œuvre ; elle est l’auteur de Rebecca, mon roman préféré ; elle manie avec talent le suspense et sait faire naître avec brio le doute chez le lecteur –et qui plus est, l’entretenir– ; la raison de ma précipitation est que j’avais hâte de voir son adaptation (j’adore les films d’époque, et j’aime beaucoup les acteurs : Rachel Weisz, qui prête ses traits au personnage principal, la philosophe Hypatie, dans mon film préféré, Agora de Alejandro Amenabar ; Sam Claflin, connu en tant que Finnick dans Hunger Games ou Will dans Avant toi ; Iain Glen, interprète de Ser Jorah Mormont dans la série Game of Thrones).

Je me suis donc plongée dans le roman avec pas mal d’attentes et, au début, je n’ai pas réussi à me détacher de Rebecca, avec lequel My cousin Rachel a de nombreux points communs mais, quand on connaît un peu l’œuvre de l’auteur, on découvre qu’il s’agit d’une preuve du doigté : en gardant toujours un décor similaire en Cornouailles, sans aucune indication de temporalité, dans lequel évolue un personnage principal (le narrateur) naïf avec la présence de l’ombre d’un personnage absent, Daphne Du Maurier arrive tout de même à faire voyager le lecteur dans un monde à part entière, selon une intrigue unique.

J’ai beaucoup aimé l’univers, en même temps sombre et lumineux : en Italie, tout n’est que lumière, alors que l’intrigue est dramatique ; là où il faut se réjouir, les personnages se perdent dans la grisaille des Cornouailles, malgré de nombreuses descriptions des jardins fleuris. C’est un contraste tout en subtilité, qui habille la puissance du drame psychologique. En effet, on retrouve cette impression de clair-obscur dans l’intrigue et chez les personnages.

D’abord, l’intrigue est celle d’un thriller. La question est de savoir si Rachel est responsable de la mort de son mari. Puis, vient s’ajouter la phase de roman d’apprentissage d’abord, quand le narrateur entre en contact avec Rachel ; comme lui, on apprend à la connaître, à essayer de la cerner, mais le lecteur est vite confronté à un problème : constamment, le doute s’insinue dans son esprit car, malgré un comportement avenant, on ne cesse d’être réticent à lui faire totalement confiance, ne sachant pas si elle sincère ou non. Cela m’a fait imaginé toutes les issues possibles, selon la personnalité de Rachel ; en somme, je n’ai jamais réussi à la cerner précisément, mais j’ai deviné le dénouement du thriller. A force de douter de Rachel, le lecteur ne cesse de se questionner, et le suspense devient uniquement de savoir laquelle de ses suppositions va s’avérer. Il y a bien sûr des détours que je n’avais pas envisagés, mais la conclusion est prévisible. J’ai adoré ce sentiment de déséquilibre tout au long de ma lecture, de ne pas savoir sur quel pied danser, quels sentiments destiner à Rachel, mais le fait d’avoir deviné la fin m’empêche de classer ce livre comme un coup de cœur.

Je dois tout de suite vous dire que j’ai adoré Rachel. Elle est vraiment attachante, aimable, et non pas menaçante. Certaines actions contredisent un peu cela mais, dans l’ensemble, je l’ai trouvée douce, et non pas fière, têtue et capricieuse comme le début le laisse croire. Il faut tout de même nuancer cela par le fait que l’on découvre ce personnage et l’on suit l’intrigue du point de vue de Philip, jeune homme qui va fêter ses vingt-cinq ans quelques mois après sa rencontre avec sa cousine ; vous comprendrez donc que la conception que l’on a de Rachel est tout sauf impartiale : si l’on suit d’abord les préjugés que Philip a au sujet de Rachel, on partage ensuite son attirance pour elle, ce qui nous la montre sous un jour nouveau. Le début est un peu long car, il faut l’avouer, la vie de Philip n’est pas très intéressante, mais cela nous permet de nous imprégner de sa routine et de comprendre le bouleversement que va causer l’arrivée de Rachel. Par la suite, Philip m’a un peu agacée, car il est très impulsif, passionné, irréfléchi et têtu ; il est également naïf et aveugle aux signaux que les femmes lui envoient. Cependant, à l’approche de l’issue du roman, c’est un Philip complètement changé, grandi de son quotidien avec Rachel, qui se présente. Il a perdu de sa naïveté et de sa lumière ; il est devenu comme le décor, plein de mystères et de parts d’ombre qui permettent d’aboutir à un tel dénouement. On sent bien que la relation entre Rachel et Philip est celle d’une maîtresse envers son élève, pour reprendre la comparaison faite dans le livre, mais il reste toujours une certaine distance entre eux, maintenue par la présence d’Ambrose. Bien que décédé, il est toujours rappelé dans leurs souvenirs, dans les objets du quotidien, dans la personne de Philip et le destin de celui-ci. Cet équilibre à trois est vraiment intéressant, surtout quand il est rompu par des scènes de haute tension dans un équilibre plus bicéphale, quels que soient les deux protagonistes : chacune des relations est différente, plus haute en couleur que la tranquillité habituelle.

Je ne peux pas conclure cette chronique sans vous parler de l’écriture de Daphne Du Maurier. Son style est vraiment fluide, mais également travaillé. J’aime le choix des mots que l’on sent, l’équilibre des phrases. Les descriptions sont très justement proportionnées (ni trop, ni trop peu). Enfin, mon passage préféré est une gradation (en fait, grammaticalement une énumération, mais une gradation dans l’intention) ; quel a été mon plaisir quand il est fait écho à ce passage à la fin, dont les dernières phrases sont tout simplement parfaites... Vous l’aurez compris, il ne vous reste plus qu’à le lire !