dimanche 3 septembre 2017

[L'étagère à mystères] Le berceau de la peur - Louise Voss & Mark Edwards

482 pages (Editions AmazonCrossing) - 4/5


La première enfant a été enlevée chez elle.
Le deuxième, dans la voiture de sa mère.
Et la troisième, dans sa propre chambre à coucher…
Lorsqu’un soir, Helen et Sean Phillips sortent en laissant leur fille aînée de 15 ans garder sa petite sœur Frankie, ils ignorent qu’ils s’apprêtent à vivre le pire cauchemar de tous les parents.
Quand l’enquête démarre, l’inspecteur principal Patrick Lennon a bon espoir de retrouver les trois enfants sains et saufs. Mais un premier corps est retrouvé dans un parc de Londres, et Lennon comprend que le temps est compté. Dans cette affaire, les apparences sont trompeuses…



« Quelques secondes de calme et d’innocence, peut-être un léger sifflement venant d’en haut ;
puis, le silence au moment où Patrick ouvrit la porte d’entrée et que tout lui parut trop paisible...
la certitude immédiate que quelque chose clochait, sans pour autant se douter à quel point,
ni du caractère absolu et irrévocable de ce quelque chose. »

En bref... un thriller très bien mené, avec des changements de point de vue qui entretiennent le suspense, et un rythme précis qui confère au livre une ambiance bien à lui. Certains personnages sont attachants mais, dans l’ensemble, ils sont trop effacés.


A première vue, ce livre ressemblait beaucoup à Une berceuse pour Fanny que j'ai lu il y a quelques années et qui ont tous deux pour sujet principal l'enlèvement de bébés. Grâce à NetGalley et AmazonCrossing, j'ai pu me rendre compte à quel point le même thème peut être exploité de façons différentes, tout en conservant des valeurs centrales dès qu'un enfant est concerné.

Un thriller très intéressant d'abord du fait de sa multiplicité de points de vue. En effet, l'intrigue implique un grand nombre de personnages, avec une place plus ou moins importante. Les deux majoritaires sont ceux de l'inspecteur principal Patrick Lennon et d'Alice, la sœur d'une enfant enlevée ; ce sont d'ailleurs les deux personnages que j'ai préférés, parce qu'ils élèvent l'intrigue au-delà de l'enquête. Patrick d'abord met un acharnement particulier à dénouer l'affaire, et l'in comprend rapidement pourquoi : sa fille Bonnie a l'âge des trois enfants kidnappés. Si je m'attendais à ce que Bonnie se fasse elle-même enlever, la simple inquiétude de Patrick suffit à montrer l'amour qu'il porte à sa fille, et à accentuer la douleur des parents des autres enfants. Quant à Alice, on ne sait pas réellement sur quel pied danser avec elle, et ce pendant un long moment… En effet, on est vite conscient qu'elle dissimule une part des événements s'étant déroulés le soir de l'enlèvement de sa demi-sœur ; en même temps, on la sent tiraillée entre ses secrets et son amour sincère pour Frankie. Un autre personnage important est Helen Philips, la mère de Frankie et belle-mère d'Alice. Je me suis moins attachée à son personnage, car j'ai trouvé qu'elle agissait parfois de façon insensée et défavorable au secours de sa fille ; j'avais envie de l'interpeller pour la faire réagir, lui dire de demander de l'aide au lieu de vouloir agir seule (on en parle de son époux, Sean, qui paraît presque indifférent à toute l'affaire pendant les trois quarts du livre ?!). On ressent tout de même sa souffrance qui, peut-être, la conduit aveuglément. Les autres personnages ne m'ont pas réellement marquée…

L'enquête policière est très bien menée. On pourrait croire que, à cause des changements de point de vue, le rythme de l'intrigue serait ralenti et le lecteur perdu, mais pas du tout. A chaque chapitre, la durée écoulée depuis le début du livre est notifiée, de façon à éviter toute confusion et à installer une ambiance un peu pressante pour marquer l'avancée de l'enquête. Un autre gros point positif est le suspense, entretenu par des révélations inattendues, des résolutions partielles qui relancent l'intrigue… on ne s'ennuie pas une seconde ! L'intrigue secondaire concernant la rivalité de Patrick avec l'autre inspecteur général est en revanche plus maladroite, et pas forcément nécessaire, sauf si ce n'est pour marquer son état d'épuisement.

Par contre, son "family background" (passé familial?) est beaucoup plus intéressant, important pour l'intrigue même. Il contraste par son détachement de la maternité des sentiments forts qu'éprouvent les mères qui ont un rôle actif dans le livre (comprendra qui pourra, désolée). Car, dès qu'un enfant est en jeu dans ce genre d'intrigue, ce qui ressort le plus est l'amour, parfois même excessif, d'une mère pour son enfant. Et cette partie est très émouvante ; elle éclaire l'ensemble du livre, autant le déroulement de l'enquête que son issue, et c'est ce qui rend ce thriller beau.

Cela a donc été une bonne lecture, un peu éprouvante à cause du rythme explicitement imposé, mais aussi vraiment intéressante par son côté plus psychologique. Encore merci à NetGalley et AmazonCrossing pour cette découverte !







4 commentaires:

  1. Je ne suis pas très attirée par l'intrigue, mais contente que tu aies aimé :) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil :) Pourtant, c'est un thriller vraiment intéressant, rien que pour sa construction, sur ce thème.

      Supprimer
  2. J'ai lu le résumé il y a plusieurs jours et ça m'intriguait. Tu me donnes bien envie de tenter :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, n'hésite pas ! C'est malheureusement d'actualité, dans un certain sens, mais la lecture est vraiment plaisante.

      Supprimer